Eric Alard : champion de Bobsleigh

Benoît Rosemont, artiste mnémoniste

Peut-on apprendre toute sa vie ?

lecture rapide
C'est une question récurrente lors des interventions que j'anime : peut-on apprendre toute sa vie ?  Une très grande majorité de mes "étudiants" ont dépassé l'âge de la quarantaine : c'est en effet une période où on prend vraiment conscience des lacunes de notre mémoire : il est plus difficile de mémoriser, on sent qu'on était meilleur autrefois... La question qui se pose : est-ce que par hasard, je ne souffrirais pas d'une forme de démence sénile ? Alzheimer peut-être ? L'âge ? Oui, l'âge, c'est évident nous rend moins performant : ça rassure toujours de se se dire que tout est la faute à ce temps qui passe.
Sauf que, s'agissant de capacités comme la mémoire, tout n'est pas aussi simple. Tout comme la pratique d'une activité physique favorise votre état général, stimuler ses neurones toute sa vie est fondamental. Jusqu'à très récemment, les chercheurs étaient persuadés que notre système cérébral perdait des neurones avec l'âge. Mais il y a quelques années, une découverte importante a eu lieu : si nous perdons effectivement des neurones, nous en fabriquons aussi toute notre vie. Réellement, et c'est une excellente nouvelle, vous pouvez apprendre toute votre vie... dès lors que vous apprenez toute votre vie. C'est un cycle qui suppose, on est bien d'accord, un minimum d'effort.
Dans cette vidéo de 5 minutes, l'éminent chercheur Pierre-Marie Lledo fait le point sur ce sujet :
Bref, vous pouvez apprendre toute votre vie. Et l'un des enjeux dans cette quête, c'est de parvenir à organiser vos souvenirs.

Organiser vos souvenirs

Parmi les fondamentaux de ce qu'on pourrait appeler une bonne mémoire, l'organisation de ses souvenirs est primordial. Peu d'auteurs en parlent mais c'est pourtant là une des règles de base de la mémoire. Organiser, c'est tout simplement classer, ranger. C'est comme lorsque vous faites vos courses : les fruits sont dans la partie fruits, les légumes dans la partie légumes, les conserves dans la partie conserves. Si vous deviez faire vos courses dans un commerce où tout était mélangé, vous ne vous y retrouveriez plus. 
Pour votre mémoire c'est la même chose : plus vous prendrez le temps d'organiser votre pensée, mieux vous retiendrez les éléments. C'est ce que vous faites sur votre ordinateur par exemple. Dans votre dossier « Mes documents », vous créez des sous-dossiers : un dossier « factures », dans lequel vous enregistrez toutes vos factures. Un dossier « lettres » dans lequel vous placez toutes vos lettres. Un dossier « musiques » qui vous permet de classer vos musiques. Votre mémoire fonctionne de la même façon : elle a besoin de rangements.
montage
suivez gratuitement 
et sans inscription
mon cours complet 
pour développer 
une mémoire exceptionnelle
On fait un test pour expérimenter tout ça ? Prenez connaissance de cette liste de mots : feuille, appareil photo, classeur, assiette, crayon, tulipes, armoire, téléphone, cuillère, ordinateur, lit, machine à laver, post-it, verre, veste, ciseaux, répondeur, agrafes, pantalon, ficus, chaise, bibliothèque, trombones, télévision, fourchette, radio, chaussette, couteau. Pour les mémoriser, vous pouvez :
  • les apprendre par cœur : mais ça va vous prendre quelques minutes et c'est fastidieux
  • les lier entre eux en utilisant votre imagination : la feuille que vous prenez en photo, l'appareil photo sur le classeur etc... C'est une des bases de l'art de la mémoire, et ça fonctionne.
  • les classer par catégories : c'est ce que je vous propose ici
Idéalement, même si vous utilisez des stratégies mnémotechniques, dès lors que vous pouvez classer l'information que vous voulez mémoriser, vous devez le faire. Voici ce que je vous propose. Si vous relisez attentivement les mots cités ci-dessus, vous constaterez qu'ils peuvent se classer en 6 catégories différentes : la bureautique, la technique, les plantes, le mobilier, les couverts, les habits :
  • Bureautique : Feuille, classeur, crayon, post it, ciseaux, agrafes, trombones.
  • Technique : Appareil photo, téléphone, ordinateur, machine à laver, répondeur, télévision, radio.
  • Couverts : Assiette, cuillère, verre, fourchette, couteau
  • Plantes : Tulipes, ficus
  • Mobilier : Armoire, chaise, bibliothèque
  • Habits : Veste, pantalon, chaussettes
Il vous suffit maintenant de mémoriser les 6 catégories et de lire les mots qui s'y rapportent et vous constaterez qu'il est beaucoup plus simple pour vous de vous en souvenir. On essaye ? Qu'y avait-il dans la catégorie "Mobilier" ? Et dans la catégorie "Plantes" ?
Si en plus vous prenez la peine de les associer entre elles, vous optimisez considérablement votre capacité à retrouver les informations. Vous faciliterez grandement le travail de votre mémoire en agissant de la sorte. Aussi, avant toute mémorisation, posez-vous cette question : est-ce que je peux organiser et classer l'information que je souhaite mémoriser ?

Apprendre pour faire face au déclin cognitif

La plupart des questions qu'on me pose par mail sont en rapport avec le déclin cognitif : "j'ai des problèmes de mémoire, est-ce que j'ai Alzheimer ?" ou "je ne me souviens plus de mes jeunes années, est-ce que c'est grave ?" ou encore "je perds sans cesse mes lunettes, je perds la tête !!".
Le déclin cognitif fait peur, ne serait-ce que dans sa formulation : "déclin". Mais, si ça peut vous rassurer, il est naturel : oui nous déclinons. Que ce soit physiquement, mentalement, le fait est que notre corps tout entier décline avec l'âge. Et ce très tôt au final. Mais ce qui est sûr, c'est que notre perception nous joue des tours et "aggrave" ce sentiment de déclin.
Je connais des tas de personnes âgées qui ont subi des tas d'épreuves, qui boitent, qui ont mal à divers endroits, qui ont eu de graves soucis de santé. Lorsque vous leur demandez comment elles vont, elles vous répondent qu'elles se portent comme un charme "avec les petits soucis habituels". Je connais aussi des tas de personnes âgées qui n'ont pas de problèmes particuliers, pas de soucis physiques. Lorsque vous leur demandez comment elles vont, elles vous répondent qu'elles sont "malades", qu'elles couvent quelque chose de grave etc...
Les plus jeunes ont l'avantage de s'entraîner à l'école, d'avoir toutes leurs capacités au top. Les plus âgés ont l'avantage de l'expérience, du recul. A chaque moment de la vie vous avez des avantages et des inconvénients. Pour ralentir les effets du déclin, vous devez entretenir tout ça. Plus jeune, on vous demande d'apprendre, de développer vos connaissances, vos compétences : c'est difficile et fatigant ! Plus vieux, on vous demande d'entretenir vos savoirs, vos savoirs faire, votre état physique : là aussi, c'est dur et fatigant ! Mais dans les deux cas, il faut le faire. Vous ne devez pas vous enfermer dans votre routine, votre confort qui vous facilite trop la vie ; vous devez au contraire exploiter pleinement les capacités dont vous disposez à chaque âge.

Déceler un déficit cognitif léger

Selon le chercheur Michael Malek-Ahmadi, 4 questions peuvent permettre au médecin ou l'entourage de suspecter un début de déclin avéré. Ces 4 questions sont :
  • La personne répète-t-elle les mêmes questions ou propos dans la même journée ?
  • La personnes a-t-elle de la difficulté à se rappeler la date, l'année et le temps ?
  • La personnes a-t-elle de la difficulté à gérer ses finances ?
  • La personnes a-t-elle un sens diminué de l'orientation ?
Si la réponse est oui aux 4 questions, alors il peut être utile de consulter. Dans tous les cas, continuez de stimuler votre cerveau par des activités différentes, variées, plaisantes. Sortez de votre routine, rencontrez des gens, amusez-vous : une vie saine et positive est bénéfique pour l'ensemble de vos capacités cognitive.

Sur le même sujet :

Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

Eric Alard : champion de Bobsleigh

Benoît Rosemont, artiste mnémoniste