Benoît Rosemont, artiste mnémoniste

L'art de l'illusionnisme : un peu d'histoire

Mémoriser : et si ça demandait vraiment des efforts ?

Mémoriser demande de l'effort
Mémoriser demande de l'effort
source - jurek d.
Quelque soit votre projet : maîtriser votre mémoire, atteindre un objectif, séduire, mener une vie plus positive, vous allez à un moment donné, devoir vous animer. Vous mettre en mouvement. Bouger. Or qu'est-ce qu'il se passe concrètement quand on se bouge ?
Je vais prendre un exemple très simple que tout le monde comprendra. Imaginez cette personne : un homme de 70 kg qui doit impérativement attraper un bus : il est en retard. Il lui faut parcourir 300 mètres pour atteindre l'arrêt de bus. L'homme part de chez lui ; habituellement il lui faut 4 minutes pour y parvenir à une vitesse de 4 km/h. En marchant normalement, il va brûler environ 12 calories. C'est-à -dire qu'il va fournir un effort qui va le priver de 12 calories. Il est en retard : pour la même distance, il va donc se mettre en mouvement plus rapide, plus intense et courir à 10 km/h. Pour parcourir ces mêmes 300 mètres, il va cette fois dépenser 49 calories.
Que peut-on déduire de cette petite expérience que tous nous avons déjà vécu ? Au moins ces deux éléments de réponse :
  • Quel que soit le mouvement que vous mettez en oeuvre, même le plus tranquille et le plus relax, vous créez un effort qui vous amène à dépenser de l'énergie
  • Si vous faites le même effort dans des conditions plus rapides, vous dépensez plus d'énergie.
Quel que soit votre objectif, pour y parvenir vous devez vous mettre en mouvement : vous n'attraperez pas votre bus en restant chez vous. Vous n'optimiserez pas votre mémoire sans vous en servir. Vous ne réussirez pas sans agir. Si vous voulez atteindre ce même objectif plus vite, vous devez dans ce cas accepter de fournir plus d'effort et donc de brûler plus d'énergie. En d'autres termes, vous devez accepter le principe qu'un effort intense demande plus d'énergie et donc vous fatigue plus vite... et sans doute plus longtemps.
Trop de personnes s'adressent à moi pour obtenir des trucs, des méthodes "sans effort". C'est juste impossible : le simple fait de taper sur mon clavier crée un effort. Le simple fait d'y penser allume mon cerveau et donc brûle des calories. Votre vie toute entière est un effort : vous réveiller, vous lever, vous habiller, conduire demande de l'énergie.
La vraie question devrait donc être : quel effort êtes-vous prêt à investir pour suivre et atteindre vos objectifs ? Si vous recherchez des solutions qui ne vous demandent pas plus d'effort que de frapper sur un clavier, posez-vous finalement cette question : êtes-vous vraiment sûr(e) de vouloir atteindre votre objectif ?
montage
suivez gratuitement 
et sans inscription
mon cours complet 
pour développer 
une mémoire exceptionnelle

La mémoire : ce que vous devriez savoir

Il y a plusieurs années que je m'intéresse à la mémoire. Au tout début, c'était pour épater les amis en simulant "une mémoire prodigieuse". Cependant, avec le temps, la curiosité a pris le dessus. Comment fonctionne la mémoire ? Est-il possible de développer ses capacités mnésiques ? Son intelligence ? Sa créativité ? Mieux, est-il possible de se développer tout court ? Si oui, comment ? Parlons mémoire. De la vôtre tout d'abord. Faites vous partie de ces personnes qui :
  • pensent avoir une mauvaise mémoire ?
  • jurent que leur mémoire est visuelle ?
  • estiment qu'il est possible de développer sa mémoire en s'entraînant ?
  • sont persuadées qu'avec l'âge la mémoire décline ?
  • croient qu'on peut développer sa mémoire grâce à l'hypnose, l'autohypnose, le subliminal ?
  • restent convaincues qu'on n'utilise que 10% de notre cerveau ?
Vous êtes vous reconnu(e) dans l'une ou l'autre de ces catégories ? Oui ? Alors laissez-moi reprendre tous ces points un par un.

1. "J'ai une mauvaise mémoire, je ne retiens rien"

C'est un phénomène courant : la plainte mnésique. Elle concerne surtout les personnes qui travaillent, plutôt à partir de la quarantaine. Elle est bien souvent exagérée et quelques tests montrent que la mémoire de ces personnes se porte plutôt bien... globalement. Avec l'âge, on se spécialise dans nos activités professionnelles. Au détriment, sans doute, de notre curiosité naturelle qui, fortement sollicitée dans le cursus scolaire, ne l'est plus pour beaucoup d'entre nous dans notre parcours professionnel. C'est ce qu'on appelle la routine. Ceux qui s'en sortent le mieux sont les personnes actives, curieuses, qui n'hésitent pas à découvrir de nouvelles choses, nouvelles compétences, connaissances. Par ailleurs, cette plainte concerne bien souvent la mémoire "du quotidien" : les clés qu'on perd, les rendez-vous qu'on manque, ce qu'on a fait la veille, le prénom de telle personne... Mais bien évidemment, on se rappelle toujours comment faire une addition, du vélo... Conclusion : sortez, étudiez une nouvelle langue, fréquentez les musées, bref soyez actif (ve) et curieux (se) et tout rentrera dans l'ordre .

2. "J'ai une mémoire visuelle"

Vous pensez avoir une mémoire visuelle ?
Vous pensez avoir une mémoire visuelle ?
Ah, la mémoire visuelle ! Que n'a-t-on pas dit sur elle ? Certains parlent de mémoire "photographique". Qu'est-ce que ça sous-entend ? La mémoire peut-elle se comporter comme un appareil photo ? Faites ce test vous-même : ouvrez n'importe quel magazine à n'importe quelle page et balayez-la en 2 ou 3 secondes avant de le refermer. Etes-vous capable de me réciter mot pour mot la page entière ? Non, bien évidemment. Conclusion, votre mémoire n'est pas photographique.
Il y a en effet un problème de vocabulaire. Quand on dit que la mémoire est visuelle, on sous-entend "qu'on mémorise mieux en regardant". Soit. Ce qui veut dire, qu'on préfère utiliser le sens de la vue pour mémoriser, ce qui est différent. Car en effet, la mémoire "visuelle", n'existe pas. On parlera de mémoire icônique, celle qui traite les images, de mémoire échoïque, celle qui traite les sons etc...
Est-ce important me demanderez-vous. Oui et non. Oui si vous persistez à croire qe votre mémoire ne fonctionne que par la vue. Non si vous admettez dès aujourd'hui que votre mémoire dépend de vos 5 sens : elle est sensorielle. En effet, vous appréhendez le monde et donc l'information par vos 5 sens : la vue, l'ouïe, l'odorat, le goût et le toucher. Si vous impliquez consciemment vos 5 sens dans tout acte de mémorisation, alors vous multiplierez par 5 votre capacité à mémoriser. Ce qui, pour un début n'est pas si mal non ? Donc impliquez TOUS vos sens .

3. "J'entraîne ma mémoire chaque jour"

Vous avez forcément entendu parler du fameux programme de développement cérébral qu'on peut trouver sur une célèbre console de jeu portable. Ce jeu vous propose même de calculer la masse de votre cerveau !! Alors, je vous rassure, la taille du cerveau, sa masse n'ont aucun rapport avec vos capacités cognitives.
En fait, ce qui compte, ce sont les ramifications entre les neurones . Qu'est-ce que c'est ? Tout simplement les liens entre les cellules nerveuses de votre cerveau. Plus vous en avez, plus vous êtes en mesure de réfléchir vite, rebondir, vous adapter. Car ces ramifications sont le résultat de la somme de vos connaissances et compétences. Ce qui veut dire que vous pourrez vous entraîner autant que vous le désirerez à résoudre les problèmes de type Sudoku ou autres jeux de mémoire, ce n'est pas pour ça que vous "développerez" une mémoire à toute épreuve ! Attention, je ne dis pas que c'est inutile. Mais tout au plus, vous gagnerez en concentration et deviendrez surtout bon dans les jeux de mémoire. Car souvenez-vous, je vous le disais plus haut, la mémoire a cette capacité de se spécialiser. Une personne qui s'entraîne tous les jours à mémoriser et réciter des poésies deviendra une experte en poésie. Ce n'est pas pour ça qu'elle saura mémoriser mieux qu'une autre personne un cours ou un visage. Moralité, si vous voulez vraiment entraîner votre mémoire, cherchez plutôt à varier les apprentissages .

4. "J'ai, avec l'âge, l'impression de perdre la mémoire"

Avec l'âge, certains souvenirs s'estompent
Avec l'âge, certains souvenirs s'estompent
C'est vrai, avec l'âge, il est plus difficile de mémoriser. En fait, ce n'est pas tant notre capacité à mémoriser qui nous fait défaut que notre capacité attentionnelle. En effet, les tests montrent qu'un sénior mémorise tout aussi bien qu'un jeune de 20 ans. Sauf qu'il lui faut plus de temps. Le vrai problème se situe donc au niveau de l'attention. Plus on vieillit, plus nous sommes sensibles aux interférences. Qu'est-ce qu'une interférence ? C'est tout simplement ces petits parasites qui nous entourent : le bruit, la lumière, les déplacements : ils détournent plus facilement l'attention d'un septuagénaire que d'un jeune. Ceci dit, si vous ne souffrez d'aucune pathologie liée à la mémoire, votre capacité à mémoriser reste valable à tout âge. Là encore, le secret est de rester actif, curieux, et de garder une soif d'apprendre .

5. L'hypnose, l'autohypnose, le subliminal : est-ce que ça marche ?

Voilà encore un vaste débat. Honnêtement, je n'ai pas de réponse. L'absence totale de preuve scientifique m'oblige à rester neutre. A vous de tester. Mais je crois cependant que l'utilisation de suggestions positives (autohypnose) est très bénéfique pour se détendre et reprendre confiance en soi :
  • confiance en sa capacité de mémoriser
  • confiance en sa capacité à arrêter de fumer
  • confiance en sa capacité d'atteindre un objectif...
Mais je ne pense pas qu'on puisse développer sa mémoire au sens strict du terme grâce à l'hypnose. D'une part parce qu'il n'existe pas une seule forme de mémoire, d'autre part parce que si vous ne possédez aucune stratégie de mémorisation, vous n'allez pas l'inventer. Donc oui aux techniques d'hypnose, d'autohypnose, de pensées positives mais voyez plus loin. Cherchez plutôt à développer vos stratégies de mémorisation .

6. N'utilise-t-on que 10% de notre cerveau ?

C'est un fait, depuis de très nombreuses années, on nous rabâche que l'être humain n'utilise qu'environ 10% des capacités réelles de son cerveau. De là sont nées diverses théories : la télékinésie, la capacité de lire dans les pensées, que ne serait-on pas capable de faire si seulement on pouvait utiliser les 90% restant de notre cerveau !! Peut être qu'un jour nous serons capable de faire tout cela. Après tout, le cerveau a évolué : autrefois, il nous permettait de survivre. Puis il nous a permis de développer une mémoire autobiographique. Finalement, l'évolution a fait de l'homme un être doué de raison. Et à chaque étape, le cerveau s'est doté de nouvelles couches. Il a évolué. Et il continue d'évoluer. C'est aussi la particularité de notre cerveau : il n'est pas figé, il s'adapte. On appelle ça la plasticité neuronale . Alors, n'utilisons-nous que 10% de notre cerveau ? En fait, personne ne le sait vraiment. Pour l'unique raison qu'on ne connaît pas encore ses véritables capacités. Alors 10%, oui, mais de quoi ? Il est très probable que nous n'utilisions pas toutes nos capacités, mais de là à le mesurer...

Vos réactions (1)

J'aime beaucoup développé ma mémoire c'est très intéressant j'adore ça merci .

par Zora , il y a 4 ans

Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

Benoît Rosemont, artiste mnémoniste

L'art de l'illusionnisme : un peu d'histoire