Casablanca, la ville blanche

eduquer mémoire autobiographique

Comment devient-on mnémoniste ?

Aimé Paris
Aimé Paris
En tant qu'artiste magicien, j'ai fait le lien entre l'illusion et la mémoire d'un point de vue théorique et pratique au début des années 2000. Mais dans les faits, les illusionnistes s'intéressent depuis bien longtemps aux prouesses de la mémoire.
Dans un autre article, il est question des numéros de mémoire présentés à un large public dans le seul but d'étonner et de divertir. Ainsi, au 19ième siècle, Ferdinand et Isidore Bonheur présentent un calendrier perpétuel sous le nom de Chronologie Universelle, et bien avant eux, dès le dix-huitième siècle, un magicien du nom de Pinetti semble avoir détourné des astuces de mnémotechnique pour présenter une ou plusieurs expériences de mentalisme.
Avec la popularisation du code chiffre lettre de Aimé Paris, tombé en désuétude à la mort de son créateur qui, finalement, n'aura jamais vraiment réussi à imposer son système, ce sont les magiciens qui vont vraiment exploiter les possibilités des processus mnémotechniques : Tréborix, Harry Lorayne, David Berglas, Leslie Welch, Marcel Vassal, Klingsor. La plupart des écrits dans ce domaine sont assurés par des artistes du spectacle, et notamment les illusionnistes.
Si, au départ, les astuces utilisées servent surtout le côté sensationnel de la mémoire - astuces souvent critiquées par les scientifiques qui voient là des pratiques dépassées - elles sont progressivement adaptées à toutes sortes d'autres applications qui vont de la mémorisation de chiffres, codes et autres dates, jusqu'à la mémorisation d'idées clés qui peuvent déclencher le rappel de contenus plus importants.
Une partie de ma collection de livres sur la mémoire écrits par des illusionnistes
Une partie de ma collection de livres sur la mémoire écrits par des illusionnistes

Mon histoire : de magicien à mnémoniste

En 1995, bloqué dans un train qui m'emmène en région parisienne où j'effectue mon service militaire, j'en profite pour lire un livre que je viens d'acheter : "Développez une mémoire exceptionnelle" de Harry Lorayne. Jeune artiste magicien (j'ai démarré en 1989 la prestidigitation et présenté mes premiers spectacles en 1990), je cherche à ce moment là de nouvelles idées. Harry Lorayne, bien connu chez les magiciens comme spécialiste des tours de cartes, l'est tout autant aux USA sur la mémoire. Intrigué, je m'intéresse donc à ce qu'il fait. 
Au tout début, très honnêtement, je n'y comprends pas grand chose. Il parle de son système, d'un code et il me faut quelque temps pour bien comprendre comment m'en servir et dans quelle cadre. Un soir, au détour d'une petite séance de prestidigitation devant mes camarades militaires, je me jette à l'eau et présente un numéro de mémorisation de 20 mots qui fait vraiment son petit effet.
Conscient du travail que ça demande malgré tout, je m'entraîne régulièrement et, petit à petit, je teste de nouvelles choses. Notamment la mémorisation des prénoms. Je démarre tout doucement ; tout d'abord dans mon quotidien, avec des personnes que je croise ici ou là. Puis, en 1996, mon service militaire terminé, je reprends mon activité de magicien en "semi professionnel". Je suis engagé pour des mariages notamment et, un soir d'été où je me sens particulièrement en forme, je tente une expérience nouvelle : la mémorisation des prénoms de tous les convives, 96 très exactement.
Pour ne pas me mettre la pression, je m'autorise à me lancer ce défi à titre personnel : soit j'y arrive et j'ai un truc intéressant, soit c'est trop compliqué et je laisse tomber pour me concentrer sur la gestion de mes spectateurs lors de mes tours de magie. Car oui, l'idée c'est de profiter d'un passage parmi les invités, au moment du cocktail, et sous le couvert d'un ou deux numéros en situation rapprochée (dite de close-up) pour retenir l'identité de tous mes spectateurs.
Disons-le tout de suite : l'exercice n'est pas facile. Parfois, je ne fais pas attention et je dois ruser pour retrouver le prénom, des fois au contraire je suis trop sûr de moi et du coup je ne mets pas de vraie stratégie en place. Bref, l'effort est intense. Mais je reste motivé. A la fin de mon intervention magique, j'ai deux options : tenter de restituer publiquement tous les prénoms en montant sur l'estrade ou juste m'arrêter là, saluer les mariés et m'en aller. Joueur de nature, je relève mon propre défi et j'attire l'attention du public par un petit mot : Mesdames et messieurs, merci pour votre accueil et j'espère vous avoir fait passer un bon moment. Il est temps pour moi de partir et vous laisser, aussi, je voulais juste vous saluer... Et là, j'enchaîne en disant au revoir à tous les convives un à un de mon estrade. J'ai du faire cette fois là 2 ou 3 erreurs. Mais ce dont je me souviens surtout, c'est le silence qui a suivi. Ce que je pressentais être un petit bonus supplémentaire pour terminer mon contrat de magicien a en fait été un vrai final, quelque chose de très fort dans l'esprit des gens. 
En sortant de la salle, le père du marié est venu me voir et m'a dit cette chose qui m'a amené là où je suis aujourd'hui, à savoir partager avec vous tout ce que je sais et pratique de l'art de la mémoire : J'ai beaucoup aimé vos tours de magie, mais vraiment, moi ce qui m'a scotché, c'est le coup des prénoms. Comment avez-vous fait ?
A cet instant précis, je n'ai pas su lui expliquer. Je n'avais pas encore formalisé d'approche concrète. J'avais fait ça à l'instinct, en mélangeant tout un tas d'astuces. Ce qui est sûr, c'est que j'étais très motivé et que ça a beaucoup compté au final. Mais entre nous :
  • qui n'a jamais rêvé être capable de retenir des noms et prénoms à la volée ?
  • qui ne s'est jamais plaint de ne plus être capable de nommer une personne avec qui on vient d'échanger ?
  • qui ne s'est jamais senti coupable de ne pas reconnaître telle ou telle personne ?
Cette passion pour la mémoire est née à ce moment là. J'étais stupéfait : était-il possible que je puisse étonner et divertir un public par de simples prouesses de mémoire ? J'ai continué à chercher. Au bout d'un moment, il m'a fallu élargir mes recherches : je me suis alors intéressé à la science de la mémoire, et notamment aux sciences cognitives, puis aux neurosciences. J'ai repris des études en sciences de l'éducation. Nous sommes alors en 1999. Et là j'ai une idée...

Le lien entre l'illusion et la mémoire

Les magiciens créent ce qu'on appelle des parenthèses d'oubli pour éloigner dans le temps l'astuce qu'ils utilisent pour créer des illusions. En gros, au moment où le spectateur est surpris par le tour de magie, il est trop tard pour comprendre le truc. Car ce truc est caché dans le passé.
Parmi toutes les formes de mémoire qui existent, la mémoire de travail vous permet de vivre l'instant présent sans y penser. Simplement, son rôle est de maintenir l'information du moment active pour interagir avec l'environnement : une discussion, conduire et reconnaître un feu rouge, téléphoner tout en marchant etc. Quand l'action est terminée, l'essentiel de l'information est "oubliée" ; ou du moins difficile d'accès.
Les magiciens s'amusent avec cette mémoire de travail. Ils savent pertinemment bien qu'il est très difficile de remonter une action dans le temps avec précision. Pour peu qu'ils jouent en plus sur vos perceptions et vos émotions, sur des rythmes de temps fort et temps faible et vous êtes piégé. C'est aussi pour cette raison qu'ils n'aiment pas les caméras qui sont potentiellement des mémoires absolus. Ou qu'ils ne présentent jamais deux fois le même tour de magie : car dans ce cas vous avez en mémoire un indice, la chute du tour, et vous risquez d'être plus attentif au mauvais moment.
Aujourd'hui, mon travail ne consiste plus à créer des événements mais bien à enseigner l'art de la mémoire en partageant toutes mes pratiques, toutes mes découvertes et la synthèse de tout ce que j'ai pu lire, voir, entendre sur le sujet depuis 1995. Je diffuse toutes mes connaissances de différentes façons : via ce site, évidemment, mais aussi par l'intermédiaire de Facebook. J'ai également écrit de nombreuses choses sur le sujet et j'anime régulièrement des conférences, formations et autres séminaires sur le sujet un peu partout en France et à l'étranger.

Vos réactions (2)

belle histoire Vincent ! :)

par jack , il y a 4 ans

C'est un beau parcours que le vôtre Vincent et vous écrivez très bien !

Je ne peux pas m'empêcher de faire le lien avec un site que j'affectionne et qui est dédié (littéralement parlant !) à la mnémotechnique, vous le connaissez peut-être de nom: JeRetiens ( jeretiens.net ).
Je crois que vous gagneriez mutuellement à vous contacter et pourquoi pas à publier sur leur site (loin de moi l'idée de jouer l'entremetteur mais je sens qu'une collaboration pourrait être intéressante !!!)

Cordialement,

Romanule.

par Romanule , il y a 4 ans

Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

Casablanca, la ville blanche

eduquer mémoire autobiographique