Mémoire et vocabulaire

positif et mémoire

Aider son enfant à l'école : ça commence à la maison !

Un environnement stimulant, sécurisant, enrichi : la bonne recette pour aider votre enfant
Un environnement stimulant, sécurisant, enrichi : la bonne recette pour aider votre enfant
Le rôle du parent, c’est de donner envie de réussir, d’éduquer. Parfois, vous entendez à la télévision le témoignage de certains enseignants qui évoquent la démission de certains parents. C’est vrai, petit à petit, l’école s’est vue attribuée de façon unilatérale le rôle d’éducation. C’est une erreur : les parents éduquent. L’école instruit. Si l’école doit passer son temps à éduquer les enfants, elle ne peut pas remplir son rôle qui consiste à former les élèves, leur apporter des connaissances. Si l’école se réduit à éduquer, elle va forcément provoquer des conflits – alors qu’apprendre devrait rester une source de plaisir.

A chacun son rôle

Privilégiez les livres
Privilégiez les livres

Parents : bien-être et positivisme pour vos enfants

Votre rôle, parent, c’est donc d’éduquer. Il vous incombe la lourde responsabilité de gérer les conflits liés à l’évolution de votre enfant, quel que soit son âge. Vous devez lui apporter un cadre de vie dans lequel il reconnaîtra les limites du monde qui l'entoure. Si vous déléguez cette tâche à l’école, même inconsciemment, non seulement vous ne rendez pas service à votre enfant qui attend de vous des « ordres », mais en plus vous compliquez la tâche de l’enseignant. Et cela se répercutera sur toute la classe. L’environnement familial est donc très important : vous devez focaliser vos efforts sur son bien être. Et pour ça vous devez parfois travailler sur vous : être positif et voir les événements du meilleur côté possible.
Vous devez aussi favoriser l'accès aux connaissances à la maison : les livres, les documentaires, les échanges entre vous, la presse. Vous devez lui proposer un cadre sécurisant, bienveillant, où l'erreur est permise. Vous devez vous intéresser à ce qu'il fait, sincèrement, et l'encourager, toujours. En ce sens, vous ne devez pas mélanger l'affectif avec la réussite scolaire. Vous ne devez pas laisser imaginer votre enfant que vous ne l'aimez plus parce qu'il a du mal à l'école, au collège ou au lycée. 

Enseignants : privilégiez l'esprit de la réussite

Le rôle de l'enseignant est d'instruire. C'est un métier difficile, quoiqu'on puisse penser de l'éducation nationale. Je connais des tas d'enseignants et la très grande majorité d'entre eux sont vraiment soucieux de la réussite de leurs élèves. Un enseignant n’est d'ailleurs pas forcément parent dans la vie. Et il n’est pas formé à être parent (qui l'est ?). Il est formé à l’enseignement. Son premier rôle, c’est donc d’instruire votre enfant. Lui apporter des connaissances. Lui permettre de développer sa pensée critique, sa culture générale afin que, plus tard, il puisse devenir un citoyen responsable.

Pédagogie contrôlante contre pédagogie informative

Alors évidemment, on peut ne pas aimer son approche, sa pédagogie. Si vous êtes enseignant, d'ailleurs, lisez attentivement ce qui suit : des tests sur la motivation ont montré que l’école avait tendance à contrôler, c’est à dire donner des bonnes ou des mauvaises notes avec des commentaires du type : « mauvais devoir, peut mieux faire » ou à l’inverse « excellent devoir ». Cette façon de faire est appelée « pédagogie contrôlante » car elle juge l’élève. Et tous les tests effectués montrent que cette méthode, surtout si l’élève est en difficulté, sape le moral de l’enfant qui au bout du compte se résigne.
L’autre approche est appelée « pédagogie informative ». La procédure est la même sauf qu’un devoir écrit, un examen ne donne lieu à aucun jugement mais plutôt à un constat. Par exemple, à l’élève qui obtient 7/20 à son devoir d’histoire, l’enseignant l’informera que telles et telles parties sont bien comprises (les 7 points) mais qu’en revanche les autres parties le sont moins. Bref, l’enseignant fait le point sans juger. Il montre à l’élève ce qu’il sait et ce qu’il semble ne pas savoir et, surtout, il le guide sans le juger. L’enseignant informatif dira juste qu’il faut revoir telle ou telle leçon et peut même s’engager à revoir en cours la dite leçon. L’approche informative, en situation de tests, a montré qu’elle permettait à l’élève de rester motivé car tout simplement personne n’aime être rabaissé. Tout le monde dans la vie souhaite progresser et être encouragé. Et c'est d'autant plus vrai quand on est enfant.
Le rôle difficile d’un enseignant consiste donc quelque part à accompagner l’élève vers la réussite. Ce qui implique bien évidemment une certaine dose de patience, surtout lorsqu’une classe comporte 30 élèves ! Il n'est pas question non plus de tomber dans le psychodrame, on est bien d'accord. D'une certaine façon, la difficulté est nécessaire pour l'estime de soi. Mais cette difficulté doit être surmontable car ce sont les actions réussies qui optimisent l'estime de soi. Une estime de soi défaillante conduit au renoncement, à l'abandon : l'élève qui n'y croit plus laissera tomber et probablement développera des comportements inadaptés. Mettez en valeur l'effort qui permet de réussir : c'est comme pour le sport : quand on joue au tennis par exemple, on est face à une difficulté lorsqu'on rate un coup droit. Mais on a le droit de recommencer pour réussir. Ce sentiment de maîtrise est primordial et il faut le favoriser dès le plus jeune âge.

Le rôle simple de l'enfant

Et l’enfant dans tout ça ? C’est quoi son rôle ? A l’école, son rôle consiste à apprendre. Cet apprentissage doit lui permettre, avec le temps, d’affiner ses comportements, d’avancer, de progresser. Les élèves d’aujourd’hui sont plus intelligents qu’autrefois, quoiqu’on puisse en penser. Et c’est normal : le multimédia, les nouvelles pédagogies mais aussi l’environnement font qu’un enfant actuel se développe mieux que ses parents et/ou grands-parents. Qui dirait le contraire ?

Vos réactions (1)

Je suis bien d'accord :)
Par contre, je ne ferai pas une dichotomie aussi nette entre éducation / instruction, qui répartirait les rôles. Pour ma part, je vois l'éducation (l'aide au développement de la personne) comme un élément global qui contient de l'instruction (le savoir).

Par ailleurs, historiquement l'Ecole en tant qu'institution a cherché à éloigner les parents de l'école, à arracher l'enfant de sa condition sociale d'origine, pour pouvoir l'éduquer/instruire et former une nation unie. Donc, de cet héritage historique, je suis perplexe avec cette notion de "parents démissionnaires" souvent véhiculée qui culpabilise, et qui, sans nier que ça puisse exister, relève aujourd'hui (principalement) de problèmes sociaux et non simplement d'un manque de volonté. Bref c'est aussi à l'institution de favoriser une co-education en redonnant de la place aux parents, au sein de l'Ecole. Il y a quelques dynamiques en ce sens, mais il faut aussi remettre tout ça dans le contexte de notre "société moderne", car l'Ecole ne peut pas tout, et n'est pas responsable de tout, bien qu'elle ait quand même une large responsabilité... ! :)

par Visiteur , il y a 3 ans

(Oh je suis "Visiteur" :p )

par Kévin HALTER , il y a 3 ans

Et bien ? :)

par Vincent Delourmel , il y a 3 ans

L'école préparait aussi à respecter les règles, notamment en entreprise :) . Belle analyse Kévin ! :)

par Vincent Delourmel , il y a 3 ans

Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

Mémoire et vocabulaire

positif et mémoire