Mémoire et péparation mentale

Le Camp des Milles : un devoir de mémoire collective

De la charge mentale à l'écologie cognitive

Une des problématiques modernes de la mémoire - et de la cognition toute entière - est ce qu'on appelle la charge mentale. Nous sommes dans une société de sur sollicitation. Vous êtes bombardé d'informations toute la journée : la publicité, les emails, les SMS, la télévision, Internet et bien évidemment dans le cadre de vos différents échanges physiques. Et quoique notre cerveau puisse être ultra efficace, il a quand même des limites. Non pas vraiment en masse de stockage : a priori, on peut apprendre et emmagasiner des informations toute la vie, c'est une bonne nouvelle. Mais plutôt dans le traitement immédiat des données. Votre mémoire dite de travail, celle qui gère l'instant présent, est limitée à un certain nombre d'informations : environ 4, parfois plus. On parle d'une moyenne de 7 : l'empan mnésique.
Qu'est-ce que ça signifie ? Qu'au-delà de cette limite, votre mémoire immédiate sature. Le traitement de l'information devient inefficace, voire nul. Il est donc inutile, voire malsain de chercher à faire plusieurs choses à la fois. L'enjeu est donc de bien s'organiser, de faire des choix et de travailler sur ce que mon ami chercheur Gaël Allain appelle l'écologie cognitive.
Concrètement ? Vous êtes en économie cognitive quand vous évitez la dispersion. Mais aussi quand vous gérez les différentes interférences : ainsi, entre conduire et téléphoner, il vaut mieux choisir. Entre apprendre et écouter de la musique, il vaut mieux choisir. Et non, l'effet Mozart, souvent plébiscité pour dire qu'on apprend mieux avec la musique n'est pas prouvé. Faites le test vous-même : essayez d'apprendre une poésie avec un fond musical, même de musique classique, et sans. Il y a de grandes chances pour que vous soyez plus à l'aise dans un environnement calme. La raison peut s'expliquer par cette difficulté que nous avons tous à gérer les pollutions auditives et visuelles quand on engage une tâche cognitive : une mauvaise lumière, un bruit ambiant gênant...

Privilégiez les automatismes

Faire des choix n'est jamais aisé et prendre de nouvelles habitudes non plus. Pourtant, quand on observe les personnes qui s'en sortent le mieux avec leurs facultés cognitives, on se rend compte qu'elles sont souvent mieux organisées, plus préparées à traiter l'information de façon séquentielle et, surtout, dotées de certains automatismes qui contribuent à l'économie cognitive.
Pour faire simple, plus vous automatisez des procédures, moins vous sollicitez vos ressources. Prenons l'exemple simple de la conduite : quand vous avez appris à conduire, au départ, c'était forcément compliqué. Vous deviez faire différents efforts : d'attention pour observer l'environnement, la route, mais aussi d'adresse car vous deviez gérer le volant, passer les vitesses, appréhender la vitesse etc. Puis, avec l'automatisation de certaines tâches, notamment liées à la maîtrise du poste de conduite, vous avez pu un jour allumer la radio sans que cela ne semble nuire à votre efficacité (même si, en soi, écouter la radio en conduisant nuit forcément à vos capacités attentionnelles).

Entraînez vos ressources cognitives... intelligemment

Mon ami Gaël Allain, co-auteur avec moi-même du livre "Je retiens ce que je veux quand je veux" (éditions Eyrolles), a écrit un peu plus tôt cet autre livre "Penser mieux, travailler moins" (éditions Eyrolles). Dans cet ouvrage, il est justement question de charge mentale et écologie cognitive :
Entraîner votre mémoire, vos capacités cognitives passe par différents stades : il y a d'un côté votre comportement, avec la gestion de votre motivation, de votre volonté, et de l'autre la cognition pure : l'attention, la concentration. Et puis, il y a les stratégies. En apprenant toute votre vie des choses différentes, en restant curieux, vous jouez à la fois sur votre motivation, votre attention et les stratégies. Il n'est cependant pas toujours facile d'apprendre : le manque de temps, d'intérêt peuvent nuire à cette activité. Il vous reste alors d'autres solutions comme l'entraînement "cognitif". Cependant, dans ces approches, tout n'est pas efficace. Gaël Allain propose une alternative avec My Mental Training Pro :
My Mental Training Pro est une solution en ligne, disponible sur Internet ou via une application mobile pour sensibiliser tout un chacun à la bonne gestion de ses ressources cognitives. Différents experts dans différents domaines apportent leur contribution via des audios courts et pratiques : mettez en oeuvre régulièrement les conseils de ces professionnels et progressez dans votre démarche !

Sur le même sujet :

Vos réactions (3)

Très très intéressant mais quel est le coût ?

par Atito , il y a 2 ans

pour une personne...

par Marc_D , il y a 2 ans

Il y a un accès gratuit. Après je crois que c'est un abonnement.

par Vincent Delourmel , il y a 2 ans

Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

Mémoire et péparation mentale

Le Camp des Milles : un devoir de mémoire collective