Du raisonnement au paralogisme

Illusion et mémoire : le lien

Casablanca, la ville blanche

Casablanca, sur la côte ouest du Maroc
Casablanca, sur la côte ouest du Maroc
C'est pour animer deux conférences que je me suis rendu à Casablanca, au Maroc. J'avais déjà pu goûter au climat marocain l'année précédente, en avril 2013, à Marrakech, pour animer un atelier sur la mémoire.
Cette fois, c'est à la demande de Salwa Tahii Tahiri que je suis reparti, pour intervenir auprès des étudiants de la Haute Ecole Managériale et de l'Ecole Française des Affaires.
Je ne connaissais pas du tout Casablanca, la plus grande ville Marocaine et, accessoirement, la capitale économique du pays.
Pour tout vous dire, je n'avais pas trop aimé Marrakech - je n'ai d'ailleurs publié aucun billet sur cette destination. La raison, simple, était que dans la course folle de ces nouvelles villes à vouloir "émerger" à tout prix, on se retrouve dans des endroits surfaits, parsemés d'hôtels de luxe tels qu'on peut les voir partout. Et ce, au détriment d'une vraie culture, d'une identité propre. Marrakech, ce sont ces boulevards perpendiculaires, ces palaces, ces restaurants chics et chocs, ces parcs o๠s'entassent des milliers de personnes, ces villas... C'est aussi une médina vraiment chouette, un souk o๠j'ai adoré me perdre. Mais l'ensemble m'a laissé un goût de "too much". Bref, c'est avec curiosité que je me suis rendu à Casablanca.
Au premier abord, il s'agit bien évidemment d'une très grosse ville au bord de l'océan Atlantique o๠les voitures grouillent. Premier vrai sentiment déjà bien ressenti à Marrakech : nos amis marocains conduisent très dangereusement. Il est fréquent de constater des refus de priorité, des infractions au feux rouges. Les klaxons sont nécessaires et c'est parfois juste infernal. Vous ne pourrez pas non plus rater les "petits taxis" : ils sont rouges et semblent avoir la priorité sur tout le monde. :)
Beaucoup de voitures à Casablanca... et ses
Beaucoup de voitures à Casablanca... et ses "petits taxis" !
La Mosquée Hassan II, au bord de l'eau
La Mosquée Hassan II, au bord de l'eau
Depuis peu, un superbe tramway permet de circuler en ville. A l'image de tous ces trams qu'on croise un peu partout dans les grandes métropoles, celui de Casa est très réussi. Pour l'avoir utilisé, il est aussi super pratique et nul doute que la construction d'une seconde ligne et même, paraît-il, d'un téléphérique, va profondément transformer cette ville en plein essor.
Vue de la Mosquée : la nouvelle marina, à gauche, et juste à droite la vieille ville
Vue de la Mosquée : la nouvelle marina, à gauche, et juste à droite la vieille ville
En suivant la corniche, vous arrivez au Marocco Mall
En suivant la corniche, vous arrivez au Marocco Mall
Plein essor : c'est exactement ce qui caractérise Casablanca. A quelques encablures de l'immense Mosquée Hassan II, située en bord de mer, et dont le minaret est, paraît-il, le plus haut du monde, une nouvelle marina hyper luxueuse est en construction. De la Mosquée, vous pouvez apercevoir d'un côté ces nouvelles constructions et, de l'autre, des bâtiments plus anciens, ceux de la vieille ville. Sur la corniche, tout au bout, vous ne raterez pas le plus grand centre commercial d'Afrique : le Marocco Mall.
Marocco Mall
Marocco Mall
C'est un endroit étonnant, très luxueux, très grand avec trois particularités : la première, c'est cet espace dédié aux enfants. Une véritable fête foraine intérieure avec patinoire, auto-tamponneuses pour les grands et les petits, un bateau pirate à sensation, une sorte de train de la mine type Disney, des jeux vidéos. La seconde particularité, vous ne pourrez pas la rater ; un immense aquarium s'élève sur trois étages. Grandiose. Vous pouvez d'ailleurs visiter cet endroit moyennant quelques dirhams. Et puis il y a cet invraisemblable espace de luxe o๠sont regroupés tous les magasins très hauts de gamme : Vuitton etc. Quand on sait que le smic au Maroc est de 300 euros, on se demande qui a les moyens d'acheter. En fait, il n 'y a pas grand monde dans cette partie de la galerie marchande et il est plus que probables que de riches entrepreneurs locaux ou étrangers sont les seuls à pouvoir s'offrir les produits de ces grandes marques.
Parlons maintenant de la vieille ville. C'est un endroit populaire. Ce qui est curieux car par chez nous on a tendance à valoriser les vieux centres. Ici à Rennes, par exemple, le vieux centre, composé de maisons à colombages et pans de bois, est plutôt habité par des personnes aisées qui ont conservé l'architecture d'origine mais refait l'intérieur. Le prix des appartements en centre ville est d'ailleurs très élevé.
Une entrée de la vieille ville
Une entrée de la vieille ville
Architecture de la vieille ville
Architecture de la vieille ville
J'ai personnellement beaucoup aimé cette partie de la ville. Des ruelles blanches, parfois labyrinthiques (j'adore), des personnes modestes qui se marient dans un restaurant salle des fêtes, un vendeur de beignets qui prépare ses pâtisseries dans des conditions plutôt sommaires (et même douteuses en référence à notre culture aseptisée). Un marché-souk qui s'étend sur plusieurs rues piétonnes (ou presque). Dans cette partie de la ville, en revanche, les articles proposés ne sont pas forcément artisanaux. Pour plus d'authenticité, le mieux c'est d'aller faire un tour dans le quartier de la cité Habous.
Ruelle de Habous
Ruelle de Habous
Vous prendrez plaisir à vous perdre dans les ruelles et déguster des beignets
Vous prendrez plaisir à vous perdre dans les ruelles et déguster des beignets
Typique de la région, le quartier des Habous accueille notamment des tribunaux, des administrations.
 
L'endroit est très sympa, à la fois populaire et vivant. C'est dans ce quartier que vous irez faire vos achats : des tas d'artisans vous proposent leurs créations. Et il y a aussi toute la partie culinaire : bouchers, poissonniers, épiciers et même la meilleure pâtisserie locale (à ce qu'on m'a dit), la pâtisserie Bennis.

C'est là que je me suis ravitaillé en "cornes de gazelle", ces gâteaux à la pâte d'amande que je grignote au moment où je publie ces lignes.
La cité Habous
La cité Habous
Habous
Habous
Vue sur le tribunal
Vue sur le tribunal
Vers les artisans
Vers les artisans
Si vous avez déjà voyagé en Afrique, que ce soit dans les pays du Maghreb ou plus au sud, au Sénégal par exemple, vous avez peut-être subit cette pression et même cette agressivité des vendeurs d'échoppes. Au Sénégal, par exemple, je me souviens qu'à la sortie du Lac Rose un vendeur m'avait carrément tiré jusque dans sa boutique. C'est très désagréable. Au Maroc, la politique commerciale protège les touristes. On ne vous embêtera pas. Ou pas longtemps et ça ne sera jamais méchant. J'ai beaucoup apprécié.
Casablanca est une ville atypique que j'ai vraiment apprécié. Si vous en avez l'occasion, faites-vous héberger par des habitants qui seront ravis de partager avec vous les meilleurs coins. J'étais pour ma part logé chez une famille qui possède une très grande maison avec jardin et même piscine. C'est là que j'ai pu goûter aux plats locaux : couscous évidemment, mais au petit déjeuner l'inévitable rghaïf, une sorte de galette salée délicieuse. Vous pourrez aussi vous laisser tenter par une soupe qui s'apparente plus à de la bouillie, avec du lait et de la semoule : la hssoua : excellent !
Un aperçu de l'environnement où je logeais :)
Un aperçu de l'environnement où je logeais :)
Les fameux rghaifs
Les fameux rghaifs
Pour vous rendre à Casablanca, la compagnie la plus intéressante et qui assure un excellent rapport qualité prix est la Royale Air Maroc. C'est la deuxième fois que je voyage avec eux et ils sont très bien. Pour ma part, je compte y retourner et cette fois visiter Agadir, Essaouira etc... Ils feront l'objet de prochains articles !

Vos réactions (3)

un bon pays surtous ses citoyens

par Ali , il y a 5 ans

Casa est une très belle ville

par Zora , il y a 4 ans

Surtout le fameau rghif ou comme on dit nous m'hadjeb c'est génial vous avez bien profite vous.

par Zora , il y a 4 ans

Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

Du raisonnement au paralogisme

Illusion et mémoire : le lien